Biographie

Né au Brésil, Antonio Santana obtient à l’age de 17 ans un 1 er prix de piano, d’histoire de la musique, d’harmonie et d’écriture musicale au conservatoire Mario de Andrade à Sao Paulo.

Il donne des récitals dans plusieurs villes du Brésil en même temps qu’il se perfectionne avec Alfredo Cerquinho et Magda Tagliaferro, une des plus grandes pianistes et pédagogue du XX e siècle. Il intègre en 1985 le Conservatoire Européen de Paris dans la classe de piano d’Anna Stella Schic. Il travaille également avec Françoise Levechin l’analyse et l’écriture. Soucieux de parfaire ses études théoriques il se penche sur le Traité de composition de Vincent D’Indy ainsi que sur les Traités d’orchestration de Berlioz et de Rimsky Korsakov, encadré par Michel Philippot.

C’est en 1994 qu’il couche sur le papier sa cantate Un Chant pour la Planète, pour grand chœur, solistes et orchestre. Cette œuvre émouvante et inspirée a été interprétée à plusieurs reprises à Paris, comme à la Grande galerie de l’Évolution, en province et à l’étranger, avec un immense succès auprès du public.

Il aura fallu qu’il mette de côté son désir de carrière pianistique pour laisser enfin jaillir toute la musique qui habitait en lui depuis sa plus tendre enfance et à laquelle il n’a jamais prêté l’oreille. Littéralement envahi par des idées musicales il compose sans relâche sans se soucier d’une esthétique quelconque se laissant guider uniquement par sa voix intérieure. Curieux de nature, il s’intéresse également à la Philosophie, à l’Histoire et à la Théologie ainsi qu’à la découverte des civilisations à travers le monde dans un souci d’épanouissement artistique.

Amoureux de la voix, il met en musique des poèmes de Baudelaire, Verlaine entre autres ainsi que des mélodies inspirées des paysages brésiliens pour soprano et piano, baryton et piano…

Parmi ses œuvres on peut citer encore : Rapsodie aux portes du désert pour ténor et orchestre à cordes, Cycle antique pour contralto, violoncelle et piano, Suite brésilienne pour violoncelle et piano, Pastiche burlesque en forme de tarentelle pour violon et piano, Cycle mystique pour piano solo, Miroir de femmes, douze pièces pour mezzo soprano et piano, Miniatures en deux volumes pour les jeunes pianistes, Cantate Évolution (dédièe au Professeur Geneviève Meurgues de la Grande galerie de l’Évolution au Muséum d’histoire naturelle de Paris) pour chœur, soprano, deux harpes, piano et percussion, et bien d’autres pièces pour violon, violoncelle, flûte et voix. Sur sa table de travail, on trouve un opéra…

Le 1 er et le 3 juin 2014 le Requiem Chant de lumière, écrit en hommage aux victimes de la catastrophe aérienne Rio-Paris, a réuni 300 choristes et l’Orchestre français d’oratorio avec la soprano Julie Cherrier et le baryton Jean-Louis Serre sous la baguette de Jean-Pierre Lo Ré en création mondiale.

Le 30 avril 2015 est sorti le CD Voyages avec des œuvres pour piano, violon, violoncelle avec Anton Martynov au violon, Daniel Propper au piano et Mark Drobinsky au violoncelle.

Le 21 décembre 2017 Alain Duault a présenté à l’hôtel Bedford à Paris le récital Miroir de Femmes avec Kira Parfeevets au piano et Anton Martynov au violon entourés des cantatrices : Michelle Canniccioni, Blerta Zhegu, Marion Lebégue, Delphine Haidan… Et s’associeront, entre autres, Inva Mula, Patrizia Cioffi, Norah Amsellem, David Lefèvre, Jean-François Verdier, pour l’enregistrement du CD  « Miroir de Femmes » qui sera lancé à l’occasion d’un concert dans une grande salle parisienne le 13 novembre 2018.

Sa rencontre avec le biologiste marin Pierre Mollo, spécialiste du Plancton, donne naissance à un projet ambitieux autour d’une suite symphonique dédiée à la Mer : La Voix des océans. Cette œuvre a pour vocation la fusion de la musique et de la haute technologie. Elle a été créée le 22 juillet 2018, à l’occasion des 400 ans de la ville royale de Port-Louis dans le Morbihan au sein de la citadelle. Il y avait 500 personnes invitées, le concert a été salué de « grandiose », « époustouflant » selon les termes de la presse locale Ouest-France et Le Télégramme.

Plusieurs concerts jalonnent l’année 2019 : aux États-Unis, à Copenhague, à Oslo, Montréal, en Italie et en Grèce et aussi en France à l’Opéra d’Avignon, aux festivals de Gordes et de Montperreux également à la Salle Gaveau le 14 novembre et fin novembre à Quimper.

D’autres concerts sont programmés pour 2020 avec La Voix des Océans le 9 février à Pont L’Abbé ainsi que dans d’autres villes de Bretagne en mars, avril, juin, juillet…

La Voix de l’Amazonie sera exécutée le 30 janvier 2020 au Carnegie Hall, le 7 mars 2020 en l’église de la Sainte Trinité à Paris sera interprétée : la Voix des Océans. Fin juin 2020 carte blanche est donnée à Antonio Santana au Centre culturel orthodoxe Russe à Paris… À Moscou, le 21 mars 2021, au festival L’Arte del Arco, création de  La Suite d’été pour violon et orchestre à cordes avec le violoniste Graf Mourja, lauréat des Violin Masters de Monte-Carlo.

Mais depuis le 13 mars 2020 l’épidémie de COVID-19 agit et les concerts sont annulés les uns après les autres… Les concerts qui n’ont pu être donnés depuis avril 2020 seront reprogrammés en 2021 mais les dates sont encore un peu flottantes et imprécises, création du De Profundis pour chœurs et orchestre, création de la  Suite fantaisiste pour trompette et orchestre avec le grand trompettiste Guy Touvron en novembre 2021 en l’église de la Trinité à Paris, à Kiev De Profundis et La Voix des Océans en décembre 2021, le 13 ou 24 novembre en la cathédrale Saint-Louis à Versailles le Requiem Chant de Lumière.