Antonio Santana

Compositeur

Presse

Antonio Santana chez Rachmaninov avec une pluie d'étoiles du chant lyrique et des instrumentistes de haut rang

Aussitôt les dernières notes de son Canto Selvagem (Chant sauvage) éxecuté par Blerta Zeghu, soprano, Anton Martynov, violon et Kira Parfeevets, piano... un tonnerre d'applaudissements résonna dans ces lieux hors du temps qui ont accueilli les plus grandes personnalités du monde des arts.

Il y avait une très grande expectative dans cette salle autour de la personnalité du compositeur qui faisait exécuter pour la première fois son cycle Miroir de femmes.

Le musicologue Alain Duault, qui a préfacé le CD, est venu présenter le compositeur et son œuvre.

Pour les amateurs de la mélodie, ce fut une expérience inoubliable d'entendre, dans une seule soirée, une pléiade d'artistes acclamées dans les grandes scènes de par le monde.

 Le concert, ovationné par un public de connaisseurs, révèle les qualités d'écriture de l'œuvre et la puissance de l'inspiration d'Antonio Santana.

Ce projet appelé Miroir de femmes, né du desir de la pianiste Kira Parfeevets de rassembler dans un seul CD diffèrentes cantatrices abordant une grande variété de tessitures, à savoir : Norah Amsellem, Michelle Canniccioni, Patrizia Ciofi, Delphine Haidan, Marion Lebégue, Inva Mula, Blerta Zhegu. Trois autres solistes, très appréciés des scènes internationales, ont répondu présents : les violonistes David Lefèvre, Anton Martynov et Jean-François Verdier, clarinettiste.

Le projet n'est qu'à son début car il faut maintenant aller vers le public, de plus en plus nombreux à s'intéresser à ce compositeur hors norme.

La Mer vaut bien une Symphonie

Le 22 juillet 2018, 500 invités se sont précipités dans la grande cour de la citadelle de Port-Louis pour la création mondiale de la Suite Symphonique : la voix des Océans du compositeur franco-brésilien Antonio Santana , Versaillais depuis plus de trente ans !

Cette grande fresque musicale a été composée à Versailles au long des grandes promenades dans le Parc du Château où notre compositeur trouvait le calme et l’inspiration pour laisser s’évader son âme. Avec la complicité du Biologiste marin Pierre Mollo et du cinéaste Jean-Yves Collet il a mis en scène la mer, dans sa grande diversité, en alliant musique et images de façon spectaculaire. Cette œuvre a été conçue pour orchestre symphonique et piano concertant. Ils ont fait appel à l’orchestre symphonique de Minsk avec le concours du violoncelliste Mark Drobinsky et du pianiste Daniel Propper, solistes de grande renommée, et de la soprano Coline Metra sous la direction du jeune chef Benjamin Fau qui a très bien su donner vie et vigueur à cette œuvre émouvante. Ce fut un vrai triomphe où le public de tous âges ainsi que la critique n’ont pas tari d’éloges. Ce concert, commandé par la Mairie, venait clore les festivités des 400 ans de la citadelle de la ville royale de Port Louis. Dès le lendemain de sa création, différents projets se sont mis en route pour que cette œuvre puisse atteindre son but premier qui est la sensibilisation de nos concitoyens à l’importance capitale de la préservation de la mer et de toute sa biodiversité. Cette création a été soutenue par Océanopolis Brest avec l’appui de la communauté scientifique. Il était temps que les arts et la science travaillent main dans la main !

Le Télégramme, 23 juillet 2018
Le Télégramme, 23 juillet 2018
Ouest France, 23 juillet 2018
Ouest France, 23 juillet 2018
La Provence, 2 juillet 2008
La Provence, 2 juillet 2008