Antonio Santana

Compositeur

Œuvres

La Voix des Océans

Projet de concert sur fond de projections d'images en partenariat avec Océanopolis dans le but de sensibiliser à la protection des mondes marins.

En savoir plus

Requiem Chant de Lumière

Requiem "Chant de Lumière" pour soprano, chœur d'enfants, chœur mixte et orchestre composé à la mémoire des victimes du vol Rio-Paris, disparues en 2009.

En savoir plus

Miniatures

Les Miniatures sont des pièces enfantines pour piano, inspirées de souvenirs du Brésil, de contes et d'ambiances variées...

En savoir plus

Un Chant pour la Planète

Cette cantate pour solistes, chœur et orchestre célèbre notre planète tout en sensibilisant le public aux dangers qu'elle court.

En savoir plus

La Voix des Océans

La Voix des Océans

Suite symphonique dédiée à la Mer

Les océans et les mers recouvrent 71% de notre planète et constituent une soucre très importante de nourriture et d'oxygène. Le plancton est le premier maillon de la chaîne alimentaire marine et plus de la moitié de l'oxygène que nous respirons est produit par les océans. Pourtant, cet environnement, sa qualité et sa diversité, sont menacés par les activités humaines.

 

À l’occasion du 400e anniversaire de la ville de Port-Louis en juillet 2018, le scientifique spécialiste du plancton, Pierre Mollo et le compositeur-pianiste brésilien Antonio Santana ont lancé le projet ambitieux de créer une œuvre symphonique dédiée à la mer.

 

Cette œuvre musicale originale veut faire converger par la mélodie et l’image, deux univers bien distincts : la musique classique et les sciences marines. Elle cherche ainsi à créer l’émotion indispensable pour prendre conscience de la fragilité des micro-organismes essentiels au bon fonctionnement des écosystèmes, le plancton. 

Le scientifique Pierre Mollo prépare, grâce au soutien technique du parc de découverte des océans brestois, Océanopolis, une projection d’images de la vie sous-marine prises au microscope. Un plongeon féérique dans l’infiniment petit !

« C’est un vieux rêve pour moi d’entendre ce petit peuple de la mer qui a tant à nous dire !... Grâce à des images que je lui ai transmises et à sa “fulgurance” d’artiste, Antonio Santana a ce pouvoir d’entendre le plancton et, par sa musique, de partager des émotions incroyables. Croiser le regard et le son à travers une symphonie est une occasion inédite de faire connaître au grand public le plancton, et sa fragilité. En effet, en cette période où ça chauffe pour la diversité, le plancton doit s’en inquiéter ! Moi, à travers une goutte d’eau, j’observe des myriades de petites vies, avec une imagination fertile et des rêves, car c’est d’eux que naissent les grands projets. Le rêve d’Antonio Santana a du sens et une formidable portée. »

 

Le concert aura lieu avec la participation de la soprano Coline Metra, du violoncelliste Mark Drobinsky, du pianiste Daniel Propper, de l’orchestre national symphonique de Minsk de Biélorussie, sous la direction de Benjamin Fau, et sera enregistré et servira de base pour de très nombreuses conférences scientifiques à travers le monde sur les thèmes liés au plancton et à la préservation de l'univers marin.

 

Le mot du compositeur Antonio Santana :

Cette œuvre est née d’un désir commun avec le biologiste marin Pierre Mollo, grand défenseur du plancton à travers le monde, qui m’a convaincu de la nécessité de faire aimer et préserver le petit peuple de la mer à l’issue d’une rencontre avec l’Observatoire du plancton de Port-Louis dans le cadre de « Art et Plancton » mis en place par Anne Blondel.

Pendant deux ans, avec son aide, je me suis penché sur la vie dans les océans. Grace à la haute technologie, l’océan nous dévoile petit à petit ses mystères et sa vie exubérante d’une extraordinaire beauté.

C’est donc, avec le regard d’un enfant, émerveillé, naïf et timide, que j’ai abordé cette œuvre. Il me fallait, à travers mon art, mettre en valeur ces petits et grands personnages à la fois merveilleux, effrayants et magiques dans leur milieu naturel. Je suis allé chercher dans l’orchestre toute une palette de couleurs pour peindre une fresque musicale. Cette musique qui est venue visiter mon cœur a été conçue dans le but de créer un lien entre l’image et le son avec le désir d’apporter une pointe d’émotion à cet univers merveilleux qui reste encore ignoré de beaucoup de nos concitoyens. J’ai été très heureux de collaborer avec le cinéaste réalisateur Jean-Yves Collet et Philippe Coyault d’Océanopolis qui ont soigneusement, en compagnie de Pierre Mollo, choisi des images belles et surprenantes en lien parfait avec la musique.

C’est une œuvre accessible à tous y compris les enfants qui seront largement représentés dans le final lors d’une prochaine représentation, si cette œuvre trouve un écho auprès de personnes susceptibles de nous accompagner dans cette merveilleuse aventure.

J’ai choisi plutôt d’écrire une suite symphonique et non une symphonie pour garder une très grande liberté et ne pas être contraint par la forme, car le sujet me semblait trop vaste et n’acceptait pas un cloisonnement.

Il me serait agréable de partager avec vous une phrase d’un ami compositeur qui s’exprimait ainsi, après avoir parcouru la partition « Mon Cher ami, Camille Saint-Saëns a écrit le Carnaval des animaux de la terre, à l’exception de l’aquarium, et toi tu viens d’écrire le Carnaval des animaux de la Mer » Toute considération faite, je pense qu’il a raison, et que cette œuvre prendra toute sa liberté, allant même au-delà de la vision du compositeur.

Cette suite symphonique se déroulera en huit mouvements, en relation étroite avec les images, sans pour autant chercher un synchronisme, musique et images doivent cohabiter et s’apporter mutuellement un soutien :

 

1 Les Abysses

2 Eaux troubles et Eaux claires

3 Petites et grandes créatures

4 Les méduses

5 La naissance des Coraux

6 Les eaux glacées et les anges de mer

7 Le calme avant la tempête

8 Final : « Ode à la vie des Océans »

 

Photos

Photo precedentes
photos suivantes
Requiem Chant de Lumière

Requiem Chant de Lumière

À la mémoire des victimes du vol Rio-Paris de 2009

Le Requiem "Chant de Lumière" fut créé par deux concerts le 1er et 3 juin 2014 à l'église de la Trinité à Paris.

Jean-Pierre Lo Ré dirigeait le chœur français d'oratorio avec la soprano Julie Cherrier et le baryton Jean-Louis Serre, ainsi que l'orchestre français d'oratorio avec Sotiris Kyriazopoulos en violon solo et Mark Drobinsky en violoncelle solo.

Photos

Photo precedentes
photos suivantes

Videos

Photo precedentes
photos suivantes

Historique et dates

"Nous sommes le 1er juin 2009. Je viens d'apprendre par un ami que le vol Rio-Paris s'est abîmé en mer. Il n'y a, a priori, pas de survivants. J'ai la gorge nouée et une douleur intense emplit mon être. Pendant quelques jours, je suis incapable de penser à autre chose. Je me suis senti envahi par un tourbillon de musique qui jaillissait avec grande facilité. Petit à petit, une messe de Requime a pris vie sur mon papier de musique. Pour maintes raisons, cette partition encore inachevée a dormi dans un tiroir...

Il aura fallu que le pianiste Rodrigo Couras, brésilien comme moi et curieux de nature, mette la main sur ce manuscrit pour finir, coûte que coûte, cette partition. Nous avons travaillé d'arrache-pied avec quelques bonnes nuits blanches pour que l'œuvre soit enfin achevée.

Cette œuvre se veut un moment de réconfort et d'union pour toutes les perosnnes qui ont été éprouvées. Avec ce Requiem, j'exprime librement mes sentiments, mes doutes, mon désir d'accéder au divin, loin de toute prétention. Mon esprit a pris des ailes et j'ai en très peur de temps l'impression d'être lié à quelques de plus grand que moi.

Loin des Requiem grandioses, cette musique m'est apparue toute en douceur et subtilité ; dès les premières notes, les chœurs d'enfants, accompagnés par les harpes et le vibraphone, nous emmènent dans un univers de calme et de contemplation.

Trois langues, le latin, le français et le portugais se partagent les différents séquences de cette œuvre pour en souligner le caractère universel...

Je crois dans le pouvoir de la musique pour exprimer l'inexprimable.

Au-delà des dogmes et certitudes, ce "Chant de lumière" m'a semblé être le seul moyen d'apaiser nos cœurs tant éprouvés apr cet événement tragique.

Je tiens à remercicer Jean-Pierre Lo Ré pour l'intérêt qu'il a porté à cette œuvre dès la première lecture."

Antonio Santana

Miniatures

Miniatures

Pièces pour piano

Le mot du compositeur :

"J’ai écrit ces Miniatures dans un but de rendre l’étude du piano plus attrayante et ludique. Elles étaient destinées, dans un premier temps, à mes élèves qui étaient un peu lassés de jouer les mêmes morceaux que leurs aînés. Je ne veux pas dire que ces pièces, qui sont dans le répertoire depuis longtemps, sont devenues désuètes, loin de là, car elles ont contribué à la formation de générations de pianistes. J’ai constaté seulement qu’ils éprouvaient le besoin de jouer quelques pièces tout à fait nouvelles qui sortent du cadre conventionnel.

J’ai trouvé là un moyen intéressant de les amener dans différents univers dans un but de nourrir leur imaginaire et de développer leur technique. Il fallait que la musique soit attractive pour séduire dès les premières notes..

Le désir de leur faire plaisir était si grand que la musique a jailli avec un grand naturel.

Mon souhait est que ces petites pièces, sans trop de prétention, puissent permettre aux jeunes pianistes en herbe de prendre plaisir à l’étude du piano en se laissant porter par la joie et la satisfaction qui doivent être à la base de tout apprentissage.

Le professeur trouvera dans ce recueil matière à travailler avec ses élèves tout en choisissant des morceaux selon leur tempérament et sensibilité.

Derrière les notes je me suis amusé à distiller en cachette les différents aspects de la technique pianistique, gammes, arpèges, croisement des mains, étude des touches noires, rythmes syncopés, polyrythmie, chant à la main gauche dans un but d’améliorer la technique au service de la sensibilité du toucher et de l’expression musicale. Si j’ai un but à atteindre ce serait que nos petits pianistes s’enrichissent pianistiquement et surtout musicalement en parcourant ce recueil avec l’aide précieuse du professeur."

 

Mes remerciements à Valérie Marongiu pour les très belles aquarelles qui vont si bien avec la musique.

Je remercie également le pianiste Rodrigo Couras qui n’a pas ménagé ses efforts pour que cette partition soit éditée.

 

Antonio Santana

 

Le mot du pianiste :

"L’amour dès la première rencontre. C’est ce que j’ai ressenti en découvrant les Miniatures d’Antonio Santana. Le répertoire des pianistes s’enrichit grâce à ces petites pièces dont les titres évocateurs nous font faire le tour du monde et dont l’indiscutable qualité nous entraîne à visiter un merveilleux microcosme des sons. Dans cet univers, accessible et plein de charme, l’imaginaire de l’exécutant est constamment stimulé. Par là même, il peut développer son expression musicale et gagner en maîtrise du clavier.

À n’en pas douter, ce recueil, source de plaisir inépuisable pour les doigts et les oreilles, trouvera et touchera de nouveaux amoureux de belle musique d’aujourd’hui.

Daniel Propper

Photos

Photo precedentes
photos suivantes

Videos

Photo precedentes
photos suivantes

Historique et dates

Volume 1

La légende de l’épée magique

Et bien dansez maintenant

Danse bédouine

Après midi à Copacabana

Etude en forme de danse

Le chant de la rivière

Le chant du berceau

Le mariage du Prince Igor

Le Mandarin merveilleux

Le vieux moulin

La marchande de violettes

Conversation très intéressante entre les deux mains

 

Volume 2

Ballerine solitaire

Harmonie du désert

Charlot

Le secret de la pyramide

Monsieur le détective

Petit Adagio

Et si on allait à Rio

Moment solennel

Pluies de perles

Promenade dans le parc du Château de Versailles

Chant de violoncelle

La Mamma de La Nouvelle Orléans

Promenade en vacances à l’île d’Yeu avec Louise et Colin

Un Chant pour la Planète

Un Chant pour la Planète

Cantate en 16 tableaux

Sur un texte français du poète Bernard Chotil, la cantate Un Chant pour la Planète célèbre avec des tableaux variés les éléments (eau, vent, neige), le désert, l’Amazonie, la création (Big Bang), la destruction (L’Homme et la nature), puis chante un Requiem pour sauver la planète (« pour tes enfants »).

Mécénée par France Télécom et la SACEM, elle est créée le 13 janvier 1995 en l'église Notre-Dame à Versailles sous la direction du compositeur avec deux solistes (Isabelle Charles et Jacques Gay), 300 choristes (Chœurs de la Pléiade et du Mesnil Saint-Denis) et l'orchestre de Saint-Quentin en Yvelines. Elle est accueillie par une « standing ovation » de vingt minutes.

Photos

Photo precedentes
photos suivantes

Videos

Photo precedentes
photos suivantes

Historique et dates

En 1996, sous la direction de Jean-Pierre Lo Ré, Un Chant pour la Planète est donné en l’église de la Sainte-Trinité à Paris puis au Muséum d’Histoire Naturelle à Paris et à la Cathédrale Saint-Louis de Versailles avec plus de 1000 personnes à chaque concert. Un CD live parait. Et enfin quelques extraits dans l’émission-culte du dimanche de Jacques Martin sur France 2 où l’accueil est triomphal.

Puis avec le Chœur de la Pléiade l’Italie accueille Un Chant pour la Planète avec grand succès… la Suisse lui succède.

En 1999 le Muséum d’Histoire Naturelle choisit cette cantate pour commémorer les 5 ans de l’ouverture de la Grande Galerie de l’Evolution : « Un des plus beaux moments de la vie du Muséum d’Histoire Naturelle » selon Patrick Blandin, directeur à l’époque de la Grande Galerie de l’Evolution.

Onze chorales du mouvement « A Cœur Joie » du Beaujolais vont se réunir, pour chanter à plus de 600, cette œuvre à l’occasion du nouveau millénaire, à Villefranche sur Saône et on retrouve, là aussi, un accueil triomphal du public et une joie immense des choristes !

En 2003, sur le parvis de l’église de Vierzon, Patrick Debelleix présente Un Chant pour la Planète avec la soprano Marie-Reine Wallet (la Diva du métro), mêlant pyrotechnie, jeux de lumière, mimes et danse.

Le Chœur Ostinato de Croissy sur Seine avec la participation de l’Orchestre Léopolis de Lviv (Ukraine) interprètent en 2004 sous la baguette de Jean-Pierre Lo Ré Un Chant pour la Planète avec en première partie une autre œuvre (en création mondiale) d’Antonio Santana : une rapsodie pour deux sopranos (Carole Chabry et Isabelle Sabrié) et cordes… accueil triomphal d’un public dense et debout.

Puis en 2008 à Arles et Saint-Martin de Crau avec le chef Bernard Viti, l’orchestre des Cévennes et la chorale Clair Matin, le Chant pour la Planète fait pleurer le public (d'après le journal La Provence).

Jean-Pierre Prajoux, à la tête de l’orchestre symphonique de Lyon avec les chorales de Clair Matin et Le Tourdion, enthousiasme le public en exécutant le Chant pour la Planète en 2009.

Une nouvelle orchestration du Chant pour la Planète, ainsi que l’introduction d’un nouveau tableau : le Feu, voit le jour en 2010 et sous la baguette de Christophe Girard-Reydet il jaillira en l’église de la Sainte-Trinité à Paris ainsi qu’au théâtre de Saint-Germain-en-Laye, avec les participations de Julie Cherrier, Sacha Hatala, Jean-Louis Serre, des chorales de la Pléiade, des Demoiselles de la Légion d’Honneur.

À l’occasion de la Conférence Mondiale sur le climat en décembre 2015 - COP 21, moment privilégié pour célébrer l’alliance de la Science et de la Musique, langage universel entre tous, une interprétation prestigieuse d’Un Chant pour la Planète est prévue par Jean-Pierre Lo Ré, le directeur artistique, assisté d’un Comité de soutien avec les plus hautes autorités scientifiques dont le professeur Jean Jouzel… mais hélas tout a été annulé au dernier moment suite aux attentats et au plan Vigipirate.

Redonné en 2016 et projeté en 2019, Un Chant pour la Planète continuera à sensibiliser tous les publics jeunes et moins jeunes pour les amener à prendre conscience des dangers encourus par notre planète.